La grande illusion

Cette affaire sera appelée devant la chambre correctionnelle de la cour d’appel de Caen le lundi 5 septembre 2016 pour inscription au rôle.

 

Le maire de Bayeux fait appel de la décision de la Justice qu'il conteste. Que peut-il en espérer ?

Plusieurs articles de la presse bayeusaine nous donnent en effet l'impression que Patrick Gomont, du haut de son honneur prétendument bafoué et de sa grande probité, se trouve frustré d'une victoire qu'il avait présentée à ses administrés comme certaine.

Dans La Renaissance - Le Bessin du 14/06/2016, il va même jusqu'à "regretter que Denis Ragueneau et son avocat aient choisi de fuir le problème (...). [Il] aurait préféré que l'on parle du fond du problème, de la vente de l'ancien tribunal et des insultes proférées à [s]on encontre sur son blog."

Il serait temps que Patrick Gomont prenne conscience de la réalité : le fond a bien été discuté lors de l'audience du 29 mars : les débats ont duré plus de quatre heures...

 

 

Au point que le juge de correctionnelle, lassé d'entendre le maire clamer qu'il n'était au courant de rien dans cette affaire de l'Orangerie, et face aux éléments de preuve fournis par Denis Ragueneau, a demandé à Patrick Gomont s'il était bien le maire de Bayeux.

Et comme, curieusement, ce n'est pas Denis Ragueneau qui a été condamné à verser des indemnités à Patrick Gomont, mais bien Patrick Gomont à Denis Ragueneau, l'instance d'appel pourrait tourner à la confusion du maire de Bayeux et de son avocat... Patrick Gomont chercherait-il à faire traîner ce procès en longueur ? Il faudrait que la presse locale lui demande si c'est pour essayer de se faire élire en juin 2017 comme député, après le cuisant échec de sa première tentative en 2012, avant que cette très gênante affaire de l'Orangerie, qui ne fait que commencer, soit éclaircie...


Écrire commentaire

Commentaires: 0