Ce que l'Orangerie coûte aux Bayeusains

Nous devons présenter des excuses aux lecteurs du blog de l’ABAC, espions de la Mairie inclus.

 

Nous avons mis en ligne le 23 février un article mettant en exergue le fait que les Bayeusains ont acheté l’Orangerie à un certain prix en 1981, et qu’au total, en tenant compte des intérêts sur 30 ans (la dernière annuité a eu lieu en 2011), le bâtiment a coûté plus d’1.200.000 €. Tout cela pour le vendre 510.000 € aux époux Hébert en 2015.

C’est le mode de calcul exact du prix d’achat du bâtiment seul qui s’avère un peu compliqué, du fait que la mairie, aidée en cela par deux notaires de Bayeux, a tout fait pour brouiller les pistes. Il nous semblait jusqu'à aujourd'hui que la justification de l'intervention d'un notaire était de garantir tout ce qui est écrit dans l'acte de vente. Et nous découvrons que Maître Rault a écrit à plusieurs reprises dans l'acte de cession du 17 décembre 2015 aux époux Hébert : "L'état délivré sur cette publication n'a pas été représenté au notaire soussigné". Comme s'il voulait se dédouaner...

Ainsi, nous avons découvert l’existence d’une fausse parcelle de terrain, ainsi que le redécoupage de parcelles existantes en vue de leur cession aux époux Hébert. La raison pour laquelle nous avons retiré très vite cet article, c’est qu’en l’état actuel de nos connaissances, il nous faut encore creuser un peu pour pouvoir parler de manière sûre et preuves en main du prix exact de l’achat de l’Orangerie par la commune en 1981. Cependant, l’incertitude ne joue que sur quelques milliers d’euros. Nous pouvons donc d’ores et déjà confirmer que le bâtiment de l’Orangerie, cadastré Feuille 000, parcelle AL 211 de la commune de Bayeux, a bien coûté plus d’un million deux cent mille euros aux Bayeusains, et a été vendue 42,5 % de ce montant aux époux Hébert.

 

Et les Bayeusains sont tous témoins que le maire Patrick Gomont se bat comme un beau diable pour que cette vente soit maintenue dans les mêmes termes et montants au bénéfice des époux Hébert.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0