Ne rien dire, ne rien voir, ne rien entendre

Merci, monsieur Séronie pour votre réponse à ma lettre ouverte du 22 février dernier (voir plus bas).

 

Vous dites : « - sur le fond nous avons en conseil municipal manifesté notre opposition à la vente de l'Orangerie pour des raisons de fonds et de vision de l'intérêt publique mais aussi de forme sur des conditions de mise en vente et de prix. Positions que nous avions au préalable mises sur la place publique par voie de presse, positions largement relayées. Je note d'ailleurs que bon nombre de nos arguments politiques ont été ensuite repris dans vos billets. »

 

C’est certainement ce qui nous différencie : vous parlez et j’agis. Vous avez des « positions », des « arguments », et jamais vous ne les défendez au-delà du verbe. Faire du bruit, voilà votre fond de commerce.

Je vous signale par ailleurs que je ne fais pas de politique et que l’ABAC est une association apolitique. Je serais donc très surpris que mes billets, comme vous dites, aient repris vos arguments politiques. Ils se contentent de faits démontrables, même devant un tribunal… Ils défendent les intérêts des Bayeusains, non parce qu’ils sont de droite, de gauche ou du centre, mais parce qu’ils sont habitants et contribuables de Bayeux, et que la gestion de notre cité doit être faite dans l’intérêt de ses habitants, et non pour des intérêts privés qui se revendiquent de leur amitié avec le maire.

Vous êtes dans l’opposition en général. Je m’oppose aux abus en particulier. Il doit bien y avoir une petite différence, ne pensez-vous pas ?

 

Vous dites aussi : « - sur la question de notre vote positif sur la protection fonctionnelle du maire il s'agit d'une position de principe - nous n'avons au cas d'espèce pas à nous prononcer sur le fond de l'affaire - existe-t-il ou non diffamation (vous accusez P Gomont de liens amicaux avec le vendeur et de favoritisme) c'est à la justice de le faire - par contre nous avons simplement considéré que P Gomont agissait es qualité de Maire d'ou protection fonctionnelle »

 

Nous arrivons au cœur du débat : vous m’expliquez que vous avez voté la protection fonctionnelle par principe, sans demander au maire de justifier sa position, par exemple en démontrant en quoi réside la diffamation, ou en lui demandant de s’engager solennellement sur le fait qu’aucune de mes allégations n’est vraie. Vous n’avez même pas voulu savoir. Vous vous êtes voilé la face. Comme ce doit être confortable de ne jamais prendre de risque. Vous me faites penser aux trois singes de la Sagesse...

 

Je vous suggère de lire la citation de Gandhi au tout début de ce site, monsieur Séronie, et vous remercie encore de votre réponse très éclairante.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0