Souvenirs, souvenirs...

 

Ouest France a publié le 3 décembre 2016 l'article LA VENTE DE L'ANCIEN TRIBUNAL CONFIRMÉE commentant la décision du Tribunal administratif rendue le 1er décembre 2016.

 

Extraits :

"La vente de l'ancien tribunal est-elle remise en cause ?"

"Non. (...) Le point positif, c'est que la vente du bâtiment du tribunal n'est pas annulée, reconnaît le maire, Patrick Gomont. Mais avec ce procès les promoteurs de ce projet hôtelier auront perdu un an."

 

Comme il est intéressant de relire les déclarations du maire de Bayeux 18 mois après !

Déclarations bien sûr relayées avec empressement par la presse locale, sans vérification du jugement pourtant mis à sa disposition.

La démonstration s'est faite toute seule : Les "promoteurs de ce projet hôtelier", comme Patrick Gomont appelle pudiquement ses amis et complices François et Rima Hébert, devraient déjà avoir inauguré en grande pompe leur nouveau bijou 5 étoiles, avec véranda, restaurant gastronomique et places de parking à gogo.

Pourtant, curieusement, alors que la saison touristique 2018 bat son plein, rien n'a changé à part les panneaux de chantier. L'ancien tribunal de Bayeux n'a pas fait l'objet du splendide aménagement annoncé des six suites "de grand luxe" et du restaurant gastronomique en question.

Car dans le scandale non seulement de l'Orangerie en 2015, mais aussi dans celui de la vente des deux parcelles de terrain sur lesquelles a été construit l'hôtel Villa Lara, vendues aux mêmes époux Hébert en 2009 après de multiples infractions à la loi, il semblerait que certaines personnes ne se sentent pas aujourd'hui aussi à l'aise que le 3 décembre 2016, il y a exactement 18 mois, en faisant ce genre de déclaration laissant entendre que tout va bien pour le Maire et les époux Hébert...

 

Dans ce cas, pourquoi les travaux n'ont-ils pas été faits ? Pourquoi depuis le jugement qui soi-disant confirmait la vente de l'ancien tribunal aux époux Hébert, rien ne s'est passé ? Ainsi, ce n'est pas une année qu'auront perdu "les promoteurs de ce projet hôtelier", mais beaucoup plus... Et ce n'est pas fini, puisque la décision du Tribunal administratif a été contestée par le maire de Bayeux qui a finalement compris les implications juridiques du jugement de première instance. Et que la date du jugement en d'appel n'a pas encore été fixée, laissant présager qu'il ne se passera rien de définitif en 2018.

 

Comme le concluait le Bessin Libre dans son numéro du 10 décembre 2016, sous le titre "TOUT LE MONDE A GAGNÉ" :

"La mairie se satisfait donc de ce verdict et estime ne pas avoir besoin de faire appel. Pour Patrick Gomont qui regrette  "le temps et l'énergie perdus", "la vente du bâtiment n'est pas annulée"."

On n'a jamais vu de vainqueurs aussi modestes et aussi peu pressés. Comme c'est curieux !

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0