La délibération n° 8 du conseil municipal du 4 juillet 2019

Monsieur le maire ne sait plus à quel saint se vouer. Extrait de la délibération du Conseil du 4 juillet :

Il a dû oublier, en voulant éblouir les conseillers municipaux de sa majorité en parlant "du principe jurisprudentiel de loyauté et de stabilité des relations contractuelles", de lire les derniers mots du paragraphe qui sont : "l'annulation d'un contrat conclu sur la base d'une délibération annulée ne doit être réservée qu'aux cas les plus graves."

 

Vous avez bien écrit, monsieur le maire de Bayeux : AUX CAS LES PLUS GRAVES.

 

Essayez de réfléchir à ce vaste sujet, Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux de la commune de Bayeux...

 

Car il ne s'agit pas d'un oubli, d'une maladresse par ignorance, mais bien d'une série d'actes réfléchis, mûris, volontaires et maintenus avec beaucoup de volonté et à l'aide de faux en écritures publiques, de rabais illégaux, de concessions illégales, et de plein d'autres vilaines choses qui, toutes, vont à la fin péter au nez du maire et de ses complices.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Alexy (samedi, 24 août 2019 16:46)

    La parole de PATOU évolue car dans la délibération il est écrit aussi "entaché d'illégalité", Trop drôle il a fallut du temps pour qu'il utilise le mot !!!! Il faudrait être débile pour ne pas comprendre qu'il vous prend pour des C....... Mesdames et Messieurs les élus.