Comment Monsieur Patrick Gomont fait baisser les coûts de fonctionnement

Les coûts de fonctionnement de Bayeux Intercom budgétés pour 2020 s’élèvent à 18,126 M€.

 

Mais, pour faire croire que les coûts de fonctionnement liés à Auréo (la nouvelle piscine) et à la Médiathèque ne sont pas si élevés que cela, le très rusé Président de Bayeux Intercom, Monsieur Patrick Gomont, présente ses estimations non pas par rapport au budget de fonctionnement annoncé à 18 M€ mais par rapport aux 31 M€ du budget principal.

Cela veut certes dire que les 0,92 € sur 10 € d’impôts reçus incluent le remboursement de l’emprunt effectué pour la réalisation du projet et des intérêts liés, à raison d’un trentième par année pendant 30 ans, en plus des coûts de fonctionnement.

 

Mais cela veut aussi dire que les 9,2 % ne représentent pas 1,538 M€ pris sur 18,126 M€, mais 2,853 M€ pris sur 31 M€. Ce ne sera qu’au bout des 30 ans, une fois remboursés l’emprunt et payés les intérêts, que l’on pourra parler de coûts de fonctionnement uniquement. Pour l’instant Auréo coûte aux contribuables presque deux fois plus.

Ce qui est énorme et très alarmant : au lieu des 92 centimes d’Euros sur 10 Euros de 2020, nous parlons de 90 M€ au bout de 30 ans. Ce sont les mêmes chiffres, mais présentés sous un éclairage franchement plus réaliste, mais aussi beaucoup plus effrayant.

 

Exactement le même raisonnement s’applique pour la Médiathèque qui coûte une blinde aux Bayeusains en investissement, intérêts sur 30 ans, et coûts de fonctionnement : 7,1% de 31 M€ donnent 2,201568 € à l'année pendant 30 ans, soit 66 M€. Rappelons qu’un projet de remise à neuf complète de la Médiathèque existante en centre ville, d’un budget de seulement 2 M€, avait déjà été voté (nous disons bien voté) lorsque le maire a fait tout changer pour cette nouvelle médiathèque à point de prix en vue de sa prochaine réélection.

 

Engager des dépenses de 5,2 M€ par an sur 30 ans (156 M€ au total) pour deux équipements inaugurés juste avant les élections municipales démontre que Monsieur Patrick Gomont se moque totalement des finances des territoires qu'il a à gérer : la commune de Bayeux et l’intercommunalité de Bayeux. Ces coûts sont tellement élevés qu’il se croit aujourd’hui obligé de maquiller les chiffres comme un camion volé. Bien sûr que c’est légal, puisqu’il a fait voter son Conseil municipal sourd, aveugle et muet !

 

Cela doit vous rappeler en 2018 la fameuse crèche qui devait coûter 2.600.000 € (coût annoncé dans l’article de Bayeux à Vivre n° 74) si l’ABAC n’était intervenue le 15 avril 2018 pour démontrer et dénoncer la magouille qui se préparait. La crèche n’a finalement coûté que 700.000 €. Mais curieusement, l’avocat du maire de Bayeux n’en a pas parlé à l’audience du 18 décembre 2020.

 

Est-ce de cela que le maire de Bayeux voulait parler quand il vantait à Madame la Juge du Tribunal de Caen son honnêteté, sa bonne gestion et son souci de faire baisser les coûts de fonctionnement ? Sans parler de l’endettement qui était quasi nul lorsqu'il est devenu maire, du moins à ce qu’a raconté en juin 2009 à Denis Ragueneau l’adjoint aux Finances de Bayeux, Monsieur Jean-Marc Delorme, dont l'épouse s'est occupé le 17 décembre 2009 de la première vente aux Hébert de domaine public de la commune, début de ce qui s'est révélé être le scandale de l'Orangerie.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0