2011 : LES PEUPLIERS D'ITALIE RUE PIERRE TRÉBUCIEN

Bayeux - Peupliers rue Trébucien

La Convention européenne du Paysage du 20 octobre 2000 est entrée en vigueur le 1er juillet 2006. Elle a permis de poser les grandes orientations en matière de paysage à l’échelle de l’Europe. Il y est souligné que le paysage joue un rôle important en tant qu’élément de l’environnement et du cadre de vie des populations aussi bien en zone urbaine que rurale et tant pour les paysages remarquables que pour les paysages du quotidien. Toute détérioration du paysage constitue une atteinte à leur qualité de vie. L'article 5 demande aux pays européens de « définir et mettre en œuvre des politiques du paysage visant la protection, la gestion et l’aménagement des paysages ».

La mairie s'entêtant à vouloir transformer Bayeux en un vaste parking, il est décidé d'abattre les 73 peupliers d'Italie formant sur toute la longueur de la rue Trébucien une magnifique perspective. Bien que la devise de Bayeux soit : "La qualité a ses racines", la mairie de Bayeux ne s'est pas gênée pour les leur couper !

Pour donner un petit air de sérieux et de respectabilité à son projet, la mairie a demandé une expertise sur le sujet. Il est à noter que les édiles préfèrent faire dire par quelqu'un d'autre, de préférence par un expert, ce qu'ils n'oseraient affirmer eux-mêmes de peur du ridicule. Monsieur Carle, expert en arbres, a été dépêché sur les lieux pour exercer sa noble profession de défenseur de la nature en général et des arbres en particulier.

Résultat ? Non content de piétiner la nature et ses convictions, monsieur Carle se fait promoteur des parkings goudronnés, bien meilleurs pour l'environnement, comme chacun sait. Bien qu'il constate que, plantés dans les années 1950, ces peupliers d'Italie n'ont pas atteint 40 % de leur espérance de vie, voici la conclusion de son rapport : "Leur suppression au profit de l'aménagement d'un parking faciliterait l'accès aux établissements scolaires et au marché du samedi, soulageant ainsi le site classé de la place De Gaulle, me paraît donc souhaitable et même recommandé."

Ironie du sort (ou pas...), l'entreprise privée chargée de détruire ce paysage bayeusain a été créée avec... de l'argent public !

Nous avons malheureusement découvert le mal une fois fait, et notre rôle, faute de temps, s'est borné à prendre quelques photos pour garder trace de ce scandale... Ces nouvelles places de parking, venant s'ajouter à celles existantes plus qu'à moitié vides, sont vite devenues une aire de stockage de caravanes et de mobile-homes, mais de voitures, pratiquement jamais !

Bilan : un paysage urbain détruit, une importante somme d'argent dépensée en pure perte pour satisfaire un besoin inexistant et créer une nuisance nouvelle...