ACTIONS 2020

 

La suite des dossiers commencés en 2019 sur le scandale de l'Orangerie sera publiée en 2020. Ces dossiers continueront à dévoiler, preuves à l'appui, tous les éléments de cette vaste escroquerie qui implique élus, fonctionnaires, et parasites (personnes vivant au dépens des autres, de la société) dont la vraie place devrait être la prison.

Les actions en Justice en 2020

 

6 février 2020,

Initialement prévue en octobre 2018, puis en janvier 2019, puis en mars, puis en août, l'audience du procès intenté par Denis Ragueneau au maire de Bayeux n'aura finalement lieu que le 6 février 2020 à la demande du Ministère public.

1 - Suite au désistement du maire de Bayeux de son appel du jugement du Tribunal de grande Instance de Caen relaxant Denis Ragueneau de l'accusation de diffamation, procès en vue de faire condamner la mairie de Bayeux pour dénonciation calomnieuse.

2 - Révélation au Juge et au Ministère public des dessous du scandale de l'Orangerie de Bayeux à fins de poursuite judiciaires des participants à cette escroquerie en bande organisée pour :

- faux en écriture publique ;

- délit de favoritisme ;

- utilisation de faux témoignage ;

- dissimulation de preuve ;

- entrave à la manifestation de la vérité, etc.

 

Dès le 7 février 2020

Sans même attendre le jugement du procès en dénonciation calomnieuse fait au maire de Bayeux, dépôt d'une ou plusieurs plaintes pour escroquerie en bande organisée, faux en écriture publique, délit de favoritisme, entrave à la manifestation de la vérité, usage de faux témoignage, etc.

Cette plainte impliquera le maire Patrick Gomont, bien sûr, les époux Hébert, évidemment, et certains fonctionnaires territoriaux directement impliqués dans les manœuvres aboutissant à la spoliation de la commune de Bayeux et ses habitants.

 

Courant 2020

Tribunal de grande Instance de Caen : demande d'annulation judiciaire du compromis de vente passé le 7 mai 2015 entre la ville de Bayeux et Monsieur et Madame Hébert ainsi que l’acte de vente définitif passé le 17 décembre 2015 entre la ville de Bayeux et la SCI L’Augustine au motif que les biens objets de la cession (bâtiment et terrain) faisaient tous partie du domaine public.